Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 mai 2006 7 28 /05 /mai /2006 09:23

J’ai l’impression de connaître cette chanson depuis toujours. Il y a dans une vie, je pense, une poignée de chansons comme celle ça dont on a l’impression qu’elles font partie de vous.

Cette chanson là, on peut l’oublier pendant dix ans (comme ça m’est arrivé) et la redécouvrir (dix ans après donc, diffusée à l’Olympia juste avant un concert d’Etienne Daho) avec autant de bonheur. Un peu comme ces vieux amis qu’on a perdu de vue depuis plusieurs années et dont le chemin recroise par hasard le votre avec souvent cette impression magique de s'être quittés la veille.

Peut être que Porque te vas est à la chanson ce que Le Petit Prince est au bouquin, un truc absolu, éternel.

De façon surprenante cette chanson ne me rappelle rien de particulier (les chansons de manière générale adorent vous rappeler des trucs) et en même temps elle me rappelle tout, c’est ma chanson.

Je n’ai jamais vraiment compris les paroles, mais ça n'a pas vraiment d'importance, il parait que c'est une chanson triste. Pour moi cette song est tout à la fois triste et joyeuse, obsolète et moderne, périmée et indémodable.

C’est peut être pour ça, pour son coté double et contradictoire, parallèle et opposé, incroyablement gémeaux, que j’aime bien cette chanson là.

Partager cet article

Repost0

commentaires

David 06/06/2006 11:13

et ça hi hi hi :http://www.yousendit.com/transfer.php?action=download&ufid=724B962117210C10

David 06/06/2006 07:58

Pour illustrer ce post en musique, il manquait ça :http://www.youtube.com/watch?v=7rKB1WkjAE0&search=jeanette

David 05/06/2006 20:43

Oui en effet les trompettes apaisent !Je suis quasiment né avec cette chanson, qu'il m'est impossible de m'en défaire, aujourd'hui encore ...Je n'ai pas vu le film mais m'en faisait constamment un lorsque, petit je mettais inlassablement le 45T sur la platine. Des regards qui demandent l'apaisement, cette déchirure en forme de corbeau, le regard était déjà absent et ne m'a jamais quitté.Plus tard au collège il m'a fallu apprendre les paroles par coeur pour la chanter devant toute la classe.."euh ça va pas oui, c'est ma chanson, je la chante à personne, surtout pas à cette bande de ringards"... je reste muet comme la pochette.Etudiant et voyageant sur la costa del sol, il fallait faire le kéké pour prouver que je savais quelques mots d'espagnol, soit... " Hoy en mi ventana brilla el sol Y el corazon Se pone triste contemplando la ciudad Porque te vas..."Plus tard encore les joies d'Internet me font réentendre ce titre dont le 45T est parti aux oubliettes avec les platines vyniles, cave vandalisée, engouement pour le cd tout ça...Ô joie et plaisirs des oreilles... quelques larmounettes bercent mes nuits d'insomnies aux sons des douces trompettes, que j'ai plaisir à réentendre sur certains morceaux chéris commes "La baie" du sieur Daho (dont la tournée 2004 est bercée de Jeanette avant et après) ou encore plus récemment "J'suis plus jaloux (j'm'en fous)" de Jérémie Kisling.Ah j'oubliais, je fonds quand Elsa reprend ce titre mais ce n'est pas très avouable ? non ? si ? tant pis !:-D

nicolas 02/06/2006 18:11

C'est un morceau de nostalgie. Et comme tout ce qui touche a la nostalgie, ceux qui ne connaissent pas sont pries soit de poser des commentaires ou questions interlligents, soit de se la fermer.
Tu avais 7 ans quand cette chanson est sortie, en bande orginale du film "Cria Cuervos".
"Porque te vas" signifie "pourquoi tu t'en vas", et c'est le sublime de l'espagnol que de raccourcir a 3 mots a la pronociation dure et sonnante une lente et douce complainte interieure qui ne peut finir. Je ne sais pas les autres paroles de la chanson, mais pour moi cela s'addresse au temps : pourquoi tu passes.
"Cria Cuervos...." est le debut d'un dicton populaire "... y te commeran los oros" : Eleve des corbeaux... et ils te mangerons les yeux. Il parait que c'est reel : tu ne peux pas les apprivoiser completement, et les yeux serait un de leurs mets /attaques favoris.
Tout ca pour illustrer le titre du film de Carlos Saura, prix de Cannes en 1976, qui traite du franquisme en Espagne, vu par les yeux d'une petite fille delaissee, orpheline d'un pere militaire de haut rang. Film superbe pour moi, qui par magie me fait pleurer de nostalgie autant que la chanson, et comme tu le dis si bien ; pour rien, pour laisser se faner calmement nos souvenirs d'enfants.
 
 

Antoine Breuer 29/05/2006 16:45

1- Je ne connais absolument pas ! (pas de nom, anyway)
2- Je n'ai jamais aimé Le petit Prince, ceci expliquant peut-être cela
3- Bon, finalement, non, tu n'es pas un X-Men. Je n'ai jamais songé à ça ;)

Welcome


undefined
Un blog de chroniques sur tout et surtout sur rien...
Ce site est mis à jour des fois le week end mais des fois à d'autres moments aussi (ou pas).

 

Rechercher

Log

Traces

Locations of visitors to this page

compteur gratuit
visiteurs
Cliquez ici (ou bien alors sur l'icone) pour consulter ou laisser un timot sur le livre d’or