Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 septembre 2006 5 22 /09 /septembre /2006 07:50

L’un des moments incontournables de la vie professionnelle est la célébration collective d’un événement heureux (mutation, marriage, naissance, retraite) communément appelé pot d’entreprise.

Il est en général précédé de quelques jours par la circulation souterraine d’une enveloppe au sein du service. Une enveloppe toute bête en kraft, sur laquelle on agrafe une liste de circulation, toute bête elle aussi, de laquelle on prend soin de biffer secrètement le nom de la personne concernée.

Ca m’amuse toujours assez le truc de l’enveloppe. D’abord parce que ça permet dans le calme de son bureau de se livrer à deux ou trois choses assez vilaines, comme par exemple mesurer la popularité de celui qui part par l’évaluation de la somme contenue dans l’enveloppe ou bien spéculer sur l’identité de celui qui est responsable de la présence d’une pièce de 5 centimes dans ce nourin moderne.

Pour les plus radins, l’enveloppe c’est aussi le moyen de financer ni vu ni connu l’achat de la baguette familiale aux dépends de la qualité du cadeau de celui qui s’en va….

Parfois il y a beaucoup d’enveloppes qui tournent en même temps (dans ces cas là le dernier qui passe a droit à un cadeau pourri).

Des fois il me prend l’envie de faire circuler des enveloppes pour des prétextes imaginaires (comme l’enlèvement d’une de mes dents de sagesse) pour voir si elle revient avec de l’argent ou d'utiliser ce moyen pour faire courir des bruits de mutations ou de départ sur des collègues désagréables.

Partager cet article

Repost 0
Published by Nanaimo - dans Boulot
commenter cet article

commentaires

Welcome


undefined
Un blog de chroniques sur tout et surtout sur rien...
Ce site est mis à jour des fois le week end mais des fois à d'autres moments aussi (ou pas).

 

Rechercher

Log

Traces

Locations of visitors to this page

compteur gratuit
visiteurs
Cliquez ici (ou bien alors sur l'icone) pour consulter ou laisser un timot sur le livre d’or