Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 avril 2006 3 05 /04 /avril /2006 00:00

Je me suis toujours demandé ce qui poussait la boulangère à systématiquement glousser l’interrogation « tranché ? » à chaque fois que vous achetez un modèle de pain dont la forme se prête relativement bien au tranchage. Pour moi, il suffirait d’attendre que les clients qui ont envie d’avoir leur pain tranché le demandent, il n’y a pas besoin d’harceler tout le monde avec cette interrogation agaçante limite obsessionnelle.

Dans la mesure où le tranchage du pain est souvent facturé quelques centimes d’euros, il est possible que les employées de boulangerie soient commissionnées selon leur capacité à refourguer du tranchage et donc tentent par la suggestion de manipuler le client vers une plus forte marge.

De la même façon que le métier de garçon boucher semble être plutôt réservé à une population masculine, le boulot de vendeuse en boulangerie est lui plutôt féminin. Sauf peut être chez Paul qui semble embaucher aussi des hommes dans cette fonction. J’aime bien le pain de chez Paul, par contre sans méchanceté aucune (en fait si, avec de la méchanceté un peu) j’ai vraiment l’impression que le recrutement chez Paul se fait souvent sur deux critères : la lenteur et le manque d’expression du regard. Manque d’expression qui atteint son sommet lorsque votre addition atteint 6€85 et que vous tendez alors un billet de 20 € et 1 € 85 en pièces. En quelques secondes, vous pouvez alors lire dans le regard de la vendeuse : l’étonnement (il est con ce client il me donne trop), le mépris (5 euros ça suffirait pourquoi il me donne des pièces ?) puis l’étonnement de nouveau lorsque la caisse enregistreuse indique que la somme à vous rendre est un chiffre rond et parfait (en l’occurrence 15 €) et enfin ce regard vide mais admiratif qui vous donne l’impression d’être dieu alors que votre seul mérite a été d’effectuer une opération de calcul mental plus vite que votre adversaire.

Il y a un truc qui m’énerve au plus haut point chez le boulanger (dans les autres commerces aussi mais il faut reconnaître que ça arrive souvent chez le boulanger) c’est cette manie à rendre la monnaie de votre billet de 20 €uros en vous mettant le billet de 10 €uros dans la main, puis à mettre les pièces au dessus du billet. A-t-on jamais vu quelqu’un ranger ensuite son argent dans sa poche en confectionnant une aumônière avec le billet et les piécettes à l’intérieur ? Il faudrait que je trouve un peu de temps pour écrire au syndicat interprofessionnel des boulangers pour leur dire d’arrêter ça (et le truc du tranché aussi).

Paul a construit sa fortune sur une idée simple, vendre du bon pain industriel en faisant croire à tout le monde qu’il est fait de manière artisanale et ça marche car il y a longtemps que les boulangeries traditionnelles ont oublié de faire du bon pain. La baguette n’est plus ce qu’elle était ma bonne dame. La baguette de base est la plus mauvaise possible pour pouvoir vendre la tradition, la campaillotte ou toute autre baguette au nom fleuri jusque 1€60. Faire du très mauvais pas cher pour mieux vendre le bon très cher, voilà un bon vieux truc de marketing toujours efficace.

C’est un peu comme ces bars ou l’eau de la carafe d’eau a un goût immonde. Je n’imagine pas un minute que l’eau puisse avoir naturellement un goût pareil au sortir du robinet. Je pense que les cafetiers se procurent des petits fioles d’un produit dont une goutte versée discrètement dans la carafe d’eau au dernier moment leur confère un goût ignoble qui permettra de doper les ventes d’eau minérale.

Partager cet article

Repost0

commentaires

poussin 10/04/2006 18:28

Je suis du style aumonière, shame on me, mais je ne m'attarde jamais devant une caisse, le tout dans la poche en deux temps trois mouvements, pour l'eau chlorée : je t'invite pour un verre à la maison, sans trucages ;-)

julien 09/04/2006 21:13

comment peux-t-on foncièrement trouver le pain de chez Paul bon?... ;o)
pour tout le reste, j'accrédite (enfin, pour les rares fois où on m'a obligé à pénétrer ce royaume du faux qu'est paul...)

antoine 08/04/2006 14:59

Chaque jour la vendeuse de chez Paul se lève à cinq heures du matin pour aller travailler. Non pas que la boutique ouvre à cinq heures, ça non ! Les clients dorment encore dans leur petit lit douillet à cette heure par contre il faut qu'elle prenne le train pour remonter de Sens à Montereau, puis elle patiente vingt minutes, elle prend le direct pour Gare de Lyon qui lui coûte une heure de sa vie et où elle essaye de dormir la tête contre la vitre sans entendre les discussions bruyantes de ses voisins. A l'arrivée, elle se précipite vers la salle méditerranée pour s'apercevoir que la ligne de métro habituelle est bloquée, elle patiente vingt minute de plus. Arrivée à Saint Lazare, elle n'a plus que 20 minutes de marche pour arriver à son travail. Heureusement qu'elle porte des chaussures à semelle épaisse parce qu'autrement elle aurait très mal au pied. Et voilà le premier client, le cheveu en bataille, l'oeil bitou avec une petite nuance de rouge dans le coin gauche. Il sourit et elle peut presque sentir son haleine, ce qui la fait défaillir. 1euro 85 - re-sourire, il se croit sans doute irrésistible car il lui donne 21euro85. Le con ! S'il lui avait donné 20 euros elle aurait pu aller dans l'arrière-boutique chercher de la monnaie et boire en passant une petite tasse de café.Et voilà le deuxième : on voit que le printemps est arrivé ici, ils se lèvent de plus en plus tôt... Il veut une baguette qu'il demande avec un sourire. S'il croit que je lui trouve du charme, ah ça non ! Il veut une baguette qu'il portera sous son bras comme le symbole de sa virilité : tranchée ?

alex 07/04/2006 15:44

Enfin tu as judicieusement relaté les problèmes de recrutement de chez Paul, dommage que tu n'ais pas les photos du personnel pour illustrer tes propos.
bisous
 

Nanaimo 07/04/2006 20:04

Ferais tu référence à cette vendeuse du Paul de la rue de Lévis aux traits particulièrement expressifs (aux dernières nouvelles elle ne travaille plus là bas et c'est tant mieux pour les clients).

Welcome


undefined
Un blog de chroniques sur tout et surtout sur rien...
Ce site est mis à jour des fois le week end mais des fois à d'autres moments aussi (ou pas).

 

Rechercher

Log

Traces

Locations of visitors to this page

compteur gratuit
visiteurs
Cliquez ici (ou bien alors sur l'icone) pour consulter ou laisser un timot sur le livre d’or