Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 septembre 2006 6 30 /09 /septembre /2006 10:47
Je n'ai jamais beaucoup aimé cette impression désagréable que l’on ressent à la première minute de l’existence d’un groupe dans lequel on se trouve. : cette table de mariage à laquelle on ne connaît personne, ce compartiment de train plein de gens dans lequel on vient de s’installer.

Au début il y a toujours un silence pesant, communément appelé silence d'ascenseur. Ce phénomène n'est par contre pas observé aux Etats-Unis. En effet dans une situation de ce type, tout citoyen Américain inconnu normalement constitué se met à hurler "Bonjour comment allez vous aujourd’hui ?" une demi seconde après que vos regards se soient accidentellement croisés.

Puisqu’on parle d’ascenseur, je me suis souvent demandé pourquoi la tendance naturelle, lorsque l’on rentre dans un ascenseur, consiste à s’installer dans un coin, puis quand il n’y a plus de coin disponible à égale distance de deux coins. Et pourquoi finalement quand il ne reste plus qu'un espace disponible au beau milieu de la cabine on se trouve saisi d’une espèce d’angoisse ?

Si l’on a récemment échoué sur une île déserte avec quelques compagnons d’infortune anonymes, il est difficile de soutenir ce silence encombré très longtemps. Le plus téméraire finira par briser la glace d’un "Ca fait longtemps que vous êtes-la ?" Ou bien "Vous venez souvent ici ?" ouvrant ainsi la porte à l’établissement de relations sociales au sein du groupe.

Ce qui est étonnant dans une assemblée quelle qu’elle soit c’est qu’on y retrouve toujours les mêmes profils.

Par exemple si l’on est en train de visiter un joli temple grec et que l'on croise fortuitement un groupe de joyeux vacanciers portant tous fièrement un beau sac fram rouge en bandoulière, il y a toujours de façon certaine dans cet attroupement gentiment bordélique : un meneur, un raleur, un fayot, un souffre douleur et un rigolo.

Lorsque j’ai la chance de pouvoir observer un regroupement comme celui là, mon jeu préféré consiste à essayer de retrouver chacun de ces personnages.

Mais je dois avouer que dans l’ascenseur c’est quand même assez difficile.

Partager cet article

Repost0

commentaires

fcrank 03/10/2006 13:46

"Par exemple si l’on est en train de visiter un joli temple grec et que l'on croise fortuitement un groupe de joyeux vacanciers portant tous fièrement un beau sac fram rouge en bandoulière, il y a toujours de façon certaine dans cet attroupement gentiment bordélique : un meneur, un raleur, un fayot, un souffre douleur et un rigolo."
ET 25 BEAUFS !
 

Nanaimo 04/10/2006 07:43

C'est pas faux...

Séb 02/10/2006 14:39

pour ma part, une chose que j'ai constaté, c'est que les gens se scrutent rapidement et dès que les regards se croisent, on regarde en l'air,...le plafond de la cabine ou le sol.....
lors de certains déplacements en chine ou aux US, j'ai trouvé de nombreux ascenceurs avec une télévision qui montre soit des infos, soit des pubs, là au moins cela évite ce moment de solitude !!
et pour les connaisseurs, il y a le fameux sketch de pierre DESPROGES sur l'ascenseur, très bon !!

Nicolas D. 02/10/2006 14:02

il y a toujours de façon certaine dans cet attroupement gentiment bordélique : un meneur, un raleur, un fayot, un souffre douleur et un rigolo.
 
 
On m'avait présenté quelque chose dans le même genre : il y a toujours, dans un groupe : un intégrateur positif (un meneur), un intégrateur négatif (un paria ou souffre-douleur), un homme fort, un décideur et un sage... tout personnages que l'on retrouve en page de garde de chaque exemplaire d'Astérix...

choupynette 01/10/2006 14:29

Je ne m'étais jamais posé la question de comment se place-t-on dans un ascenceur...  Mais la prochaine fois, je ne manquerai pas d'étudier le positionnement de chacun!

Shaggoo 30/09/2006 16:15

Pour ce qui est de la logique d'occupation des ascenseurs, on a pu constater à travers de séroeuses études sociologiques, que dans les pays dits du Sud le premier occupant se place au centre de la cabine et les suivants se place et se regroupe, à la manière d'une spirale, autour du premier arrivé. A l'inverse dans les pays dits du Nord, comme tu l'as bien décrit, chacun se place en prioroté dans les coins puis au centre puis où il peut... :)

Welcome


undefined
Un blog de chroniques sur tout et surtout sur rien...
Ce site est mis à jour des fois le week end mais des fois à d'autres moments aussi (ou pas).

 

Rechercher

Log

Traces

Locations of visitors to this page

compteur gratuit
visiteurs
Cliquez ici (ou bien alors sur l'icone) pour consulter ou laisser un timot sur le livre d’or