Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 septembre 2006 2 26 /09 /septembre /2006 07:39
Le traiteur chinois est sans conteste le joker absolu en matière de dîner improvisé. C'est un truc fiable, facile et sans surprise lorsque l’on s’aperçoit que le frigo est vide en rentrant de week-end comme un vrai parigot et que l’on n’a pas la force d’aller faire la queue au monoprix quand celui ci regorge de vrais parigots aux frigo vide qui, eux aussi, rentrent de week-end.

Avec le traiteur chinois pas de question à se poser : on sait qu’il sera ouvert (je suis toujours sidéré par les horaires d’ouverture de ces endroits) on sait exactement ce qu’on y trouvera, on sait d'avance ce que l’on commandera, on est même capable de prédire chaque ligne du texte de cette gentille dame qui dirige l’échoppe. Je pense que dans les écoles où l’on se forme au métier de traiteur chinois, on apprend en phonétique les phrases minimales nécessaire à l’exercice de ce commerce : "Avec la sauce ?" "Chauffé Monsieur ?"


Bien sur, vu le nombre de traiteurs chinois que compte Paris, il y a à boire et à manger, enfin je veux dire il y a du bon et du moins bon.
Il est important d’avoir un bon traiteur chinois, commeil est vital d'avoir un bon notaire, un bon dentiste, un bon garagiste. Identifier un bon traiteur chinois quand on arrive dans un quartier est un truc primordial car en fait on ne sait jamais trop à l’avance quand on en aura besoin. Un bon repérage évite de se retrouver un lundi soir de retour de week end à consommer des nems confectionnés au milieu des cafards quelques semaines plus tôt dans une baignoire d’un F2 sordide de l’avenue de Choisy.

J’aime bien les traiteurs chinois, j’aime bien les restaus chinois aussi, par contre je n’ai jamais élucidé deux mystères :


- Le premier : qu’on y serve des oranges givrées en dessert : je suis allé en Chine, au Vietnam, je n’y ai jamais vu le commencement d’une orange givrée.

- Le deuxième : qu’on ne trouve pour ainsi dire jamais d’orange givrée ailleurs qu’au restaurant chinois.

Les frères Tang auraient ils verrouillé la filière d’importation de l’orange givrée  ?

Partager cet article

Repost0

commentaires

Monsieur Type 27/09/2006 11:26

Cette histoire d'école où on se forme au métier de traiteur chinois me rappelle l'histoire de la technique qui permet de dévisager qqn du coin de l’œil sans jamais donner l’impression de le regarder.

Et les gens qui tiennent des kebabs, est ce quelqu'un leur apprends à prononcer de plus en plus vite "salade tomates oignons" ?
L'autre jour, on m'a proposé du sal'mat'gons avec mon agneau cuit...

Welcome


undefined
Un blog de chroniques sur tout et surtout sur rien...
Ce site est mis à jour des fois le week end mais des fois à d'autres moments aussi (ou pas).

 

Rechercher

Log

Traces

Locations of visitors to this page

compteur gratuit
visiteurs
Cliquez ici (ou bien alors sur l'icone) pour consulter ou laisser un timot sur le livre d’or