Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 juin 2006 2 20 /06 /juin /2006 02:28

J’ai toujours aimé les aéroports. Il y a dans ces lieux une atmosphère qu’on ne retrouve nulle part ailleurs.

Etant petit, l’aéroport d’Orly était parfois la balade du dimanche à l’époque où les distributeurs de billets n’étaient pas si nombreux et souvent vides le week-end. L’aéroport d’Orly, c’était la garantie d’un distributeur toujours replet même pendant les ponts. J’adorais qu'on se promène dans l’aérogare, aller sur la terrasse pour regarder les avions décoller. L’aéroport d’Orly a cette odeur caractéristique mélange de vapeurs de kérosène et de solvants des matériaux de construction employés dans les années soixante. L’odeur d’Orly est unique au même titre que celle qui règne dans la ligne 1 du métro.

Quand je dois prendre un avion, j’aime bien arriver très en avance, me mettre dans un coin et regarder les gens. Départs, arrivées, embrassades, retrouvailles, larmes, courses contre la montre, retards, rupture, coups de foudres, bousculades, attente, angoisses, excitation. J’observe avec amusement les gamins avec leurs énormes étiquettes autour du cou qu’une hôtesse emmène à l’avion en les tenant par la main, les portes automatiques des arrivées qui s’ouvrent sur les mines défaites des voyageurs qui viennent de passer deux six douze ou vingt heures dans un avion, les chauffeurs qui attendent un client qu’ils ne connaissent en tenant un panneau à l’orthographe approximative.

L’aéroport est un petit monde à part entière, une vibration permanente qui donne parfois l’impression comme dans les clips d’être immobile alors qu’autour de soi tout défile en accéléré.

Un peu comme là maintenant autour de moi dans le salon de l’aérogare 2C alors que j’attends un vol pour pékin en tapotant ce billet ce lundi après midi.

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Morts ou vifs 24/06/2006 00:51

C'est marrant comme ton billet est une petite madeleine de Proust pour moi.
J'avais oublié ces dimanches merveilleux où, enfant, j'allais avec mes parents voir décoller les avions à Orly.Prendre la voiture, faire la route jusque là-bas, se garer dans le parking souterrain qui endimanchait mes yeux d'enfants... puis regarder, le nez aplati sur la vitre, les Caravelles s'envoler vers les destinations merveilleuses de Toulouse, Strasbourg et Nice...
J'avais oublié, la découverte familiale et dominicale toujours, quelque temps plus tard, du nouvel aéroport de Roissy-en-France... Le parking, toujours, dont j'ai conservé longtemps les tickets de couleur qui permettaient de se souvenir où était garée notre voiture...
Je n'ai pas oublié, en revanche, les heures d'attente aujourd'hui avant de prendre un avion, cherchant dans la VIP room un accès WiFi pour occuper mon esprit.
Car avec l'enfance, le plaisir de l'odeur du kérozène et celui de l'envol des cigares de métal ailés s'en sont allés.
Merci d'avoir ravivé ses souvenirs.

Mathieu 21/06/2006 09:11

Ca me rappelle ces 4H passionnantes passées dans l'aérogare d'Orly.
Mon premier aéroport. J'imaginais quelque chose d'immense, et puis, en fait, non. C'était tout petit. J'ai visité, je suis allé sur les terrasses, j'ai marché jusqu'a chaque panneau "interdit", jusqu'a chaque porte fermée.
J'ai visité Orly, j'ai écoute les gens, observé les équipes navigantes se balader avec leur petite valise à roulette sur laquelle était systématiquement posé un second sac. Ces bancs avec des accoudoirs pour que les SDF ne puissent pas s'y allonger.
Je n'y suis allé que très récemment comme "voyageur", et j'avoue avoir trouvé l'aéroport de Nantes encore plus petit. Je ne parle même pas de celui de Marrakech...

David 21/06/2006 08:33

Le monde devient Idéal, les mélanges ça nous rend encore plus forts...

Welcome


undefined
Un blog de chroniques sur tout et surtout sur rien...
Ce site est mis à jour des fois le week end mais des fois à d'autres moments aussi (ou pas).

 

Rechercher

Log

Traces

Locations of visitors to this page

compteur gratuit
visiteurs
Cliquez ici (ou bien alors sur l'icone) pour consulter ou laisser un timot sur le livre d’or