Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 janvier 2006 3 18 /01 /janvier /2006 08:29

Au départ, il y a souvent un taxi grognon dans le matin parisien dont la machine à carte bleue est en panne (marrant à quel point c’est pas fiable les machines à carte bleue des taxis parisiens). Dans ce taxi on file à travers Paris, on regarde les gens qui grouillent sur l’avenue de Clichy, on observe les cageots de fruits et légumes qui se mettent en place à l'étal des primeurs, on regarde les kebabs tourner sous les néons avec déjà cette impression d’être spectateur de la ville, déjà un peu d'être en dehors du temps et de l’espace.

Après c’est le periph, le cimetière de montmarte, puis l’autoroute.

J’aime bien voir défiler la ville devant les vitres du taxi, affalé au matin.

Ensuite c’est l’arrivée à l’aéroport, juste avant, à droite le concorde, trop tôt cloué au sol, à jamais, puis l’aérogare, la machine à carte bleue qui ne marche pas, la petite fiche s’il vous plait et très vite le terminal aux lignes pures, métalliques.

Après avoir accompli deux ou trois formalités, on se retrouve au salon. Le salon est cet endroit parallèle aménagé pour les gens dont c’est le travail de voyager, afin de les isoler un peu du vacarme ordinaire des voyageurs ordinaires et leur permettre de s’affaler dans des canapés confortables, de lire des journaux, de boire, de manger, de bosser, de baver sur les collègues, sans être dérangés par ce groupe de 80 voyageurs frams en partance pour un hôtel club tropical.

J’aime bien observer l’atmosphère des salons, hommes pressés, souvent bedonnants, souvent fatigués, souvent ronchons qui continuent entre deux avions cette grande partie de monopoly planétaire.

Puis viennent d’autres formalités, un fauteuil confortable, une coupe de champagne puis l’envolage. L’envolage c’est un moment effrayant mais que j’aime bien : l’arrivée en bout de la piste, le petit temps mort, le rugissement des moteurs, cette impression d’être au bout de l’élastique de catapulte qui se tend, puis le lâcher des freins, l’accélération foudroyante incarnant le moment le plus dangereux de l’exercice.

Après tout est facile

En haut tout est calme, juste un léger vrombissement étouffé et rassurant. Comme un cocon duquel on peut observer les nuages en coton sans réaliser une minute vraiment qu’on se trouve à 33.000 pieds et qu’on se déplace à environ mille kilomètres par heure.

En bas difficile d’imaginer qu’il y a des gens en train de boire du champagne à l’intérieur de ce point dans le ciel.

En haut il n’y a plus de temps, plus d’espace, ça peut être la nuit si on ferme les hublots, ça peut être le jour si on le décide, il n’y a plus de lien logique entre les informations qui proviennent de l’extérieur, de votre montre ou de votre corps.

Je me suis toujours demandé à quel moment s’évaporaient ces huit heures qui vous manquent après un vol vers l’Asie, je m’attends toujours à une petite secousse quelque chose, et puis rien, juste huit heures évaporées quelque part, que l’on retrouvera au retour, peut être juste elles vous ont attendu quelque part au milieu de la Russie.

C’est encore la question que je me pose en terminant ce billet quelques heures avant de prendre place a bord du vol Air France 264 a destination de Séoul pour un mini périple asiatique d’une dizaine de jour qui m’emmènera successivement au pays du matin calme (Corée), au pays du soleil levant (Japon), au pays des nems (Vietnam) puis de nouveau au pays du sommeil difficile à cause du décalage horaire (maison)

Partager cet article

Repost0

commentaires

Julien 19/01/2006 20:20

Ne sois pas effrayé, mais tu sais que dans l'aérien tout se sait, si tu avais été en 1ère, je suis sûr qu'en me débrouillant bien, j'aurais su quelle entrée à réveiller tes papilles de globe-trotter. Passe un bon séjour Nanaimo, je me contente de vols sur bologne et de longues heures d'attente en salle de réserve alors profite ! .

Julien 18/01/2006 17:21

Que de jeunes gens dans cet équipage, 8 ans d'ancienneté en moyenne, sauf la cc d'air inter bien évidemment. As-tu profité de ton siège en J pour déguster quelques chaudes nouilles asiatiques préparées avec plaisir par cette charmante hôtesse qui était, jusqu'à ton arrivée au galley, plongée dans  une conversation portant sur l'amant ou l'enfant qu'elle a laissé à la maison ou plongée dans le dernier Elle déco? Bon périple en extrême orient

Nanaimo 19/01/2006 12:02

ouh la tres effrayant ton commentaire dans le genre big brother is watching you... Est ce que ton grand ordinateur te dit aussi si j ai pris le foie gras ou l autre truc dont je me rappelle plus et aussi qu a la rangee de derriere il y avait deux italiens qui ont passe la nuit a papoter avec une discretion toute italienne moyennement compatible avec mon besoin de sommeil mais que comme l avion etait pas tres plein j ai pu me translater du 4K au 6 B? Pour la chef de cabine c est vrai qu elle avait quelques heures de vol, tres vieille ecole genre je m applique a souhaiter la bienvenue a tout le monde un par un avec mon sourire numero quatre, tres gentille ...
pour David, oui il manque plein d accents dans ce commentaire mais en meme temps je suis sur un clavier coreen et querty j ai deja du bol d arriver a faire mes lettres et que ca sorte pas en coreen...:)

Welcome


undefined
Un blog de chroniques sur tout et surtout sur rien...
Ce site est mis à jour des fois le week end mais des fois à d'autres moments aussi (ou pas).

 

Rechercher

Log

Traces

Locations of visitors to this page

compteur gratuit
visiteurs
Cliquez ici (ou bien alors sur l'icone) pour consulter ou laisser un timot sur le livre d’or