Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 janvier 2006 1 09 /01 /janvier /2006 07:00
Les plus cinéphiles d’entre vous auront reconnu dans ce titre un extrait des dialogues d’une scène culte d’un des titres phares du cinéma français à la distribution époustouflante, j’ai nommé « Mais où est donc passée la septieme compagnie ».

Ce film est l’un des plus bêtes que l’industrie cinématographique ait produit (dieu que j’aime les films bêtes).

Dans cette scène donc, on peut prendre une grande leçon de fayotage de deux bidasses (Aldo Maccionne et Jean Lefebvre) auprès du chef (Pierre Mondy).




Morceaux choisis :

- Ca vous ferait du bien de vous baigner chef , surtout avec vos responsabilités tout ca.
- 
Qu’est ce que vous nagez bien chef !
-
Justement chef, pour la nage comme vous faites, la main c’est comme ca ou comme ca ?
- 
Ca va moi les mains chef ?

Le monde du travail, notamment au sein de la Grande Multinationale est le terrain idéal pour observer ces comportement aussi délicieux que pathétiques.

Personnellement je me délecte de toute scène de fayotage ordinaire. Ca peut être un truc tout simple comme faire en sorte de se trouver à coté du chef en réunion, ou bien opiner du bonnet à chaque fois qu'il dit quelque chose. Ou bien encore, au moment du repas à la cantine, s’étonner d’un « tiens j’ai pris une danette au chocolat, comme vous chef c’est rigolo ».

Apres j’aime assez le très classique « elle est jolie votre cravate aujourd’hui chef. Elles sont toujours jolies vos cravates, mais celle là est particulièrement jolie ».

Je pense que ce sont le plus souvent des comportements inconscients mais quand ils sont prémédités ça n'est que plus drole : faire en sorte de se trouver « par hasard » sur le parcours du chef qui se rend au toilettes pour être sûr d’être le premier à lui souhaiter la bonne année le 2 janvier au matin puis lui offrir une petite boite de chocolat « mais non, c’est rien du tout vraiment chef, ça me fait plaisir ».

Dans la liste des trucs à gerber, j’ai eu une fois un collègue plutôt jeune qui avait décidé d’arrêter de jouer au rugby pour se mettre au golf dans l’unique but de pouvoir jouer avec le grand chef.

Avec un collègue rieur, nous avons le projet de nous lancer dans un grand concours de fayotage où le gagnant serait celui qui irait le plus loin dans la flatterie éhontée sans que le chef s’en rende compte.

Et puis finalement au-delà du concours, si je gagne, qui sait, ça pourrait être bon pour ma carrière…

Partager cet article

Repost0

commentaires

Welcome


undefined
Un blog de chroniques sur tout et surtout sur rien...
Ce site est mis à jour des fois le week end mais des fois à d'autres moments aussi (ou pas).

 

Rechercher

Log

Traces

Locations of visitors to this page

compteur gratuit
visiteurs
Cliquez ici (ou bien alors sur l'icone) pour consulter ou laisser un timot sur le livre d’or